Nous voulons des coquelicots

Ajouté par : Collectif Environnement Santé 74

POURQUOI LES SDHI SONT UN CAS D’ÉCOLE POUR LES COQUELICOTS


L’affaire des pesticides SDHI (1) est très grave, mais cela ne doit pas nous impressionner. En résumé, elle est aussi très simple. L’Agence publique de sécurité sanitaire (ANSES) a donné ce qu’on nomme une Autorisation de mise sur le marché (AMM)) pour cette nouvelle classe chimique. A partir de 2013, les SDHI ont commencé à déferler sur la France, et désormais, sont épandus sur 80% des surfaces de blé, les tomates, les pommes de terre, les arbres fruitiers, la vigne, les terrains de foot et de sport.
Ce sont des fongicides qui s’attaquent donc aux champignons pathogènes. Mais leur cible est la fonction respiratoire de ces derniers, appelée SDH. Cette SDH existe chez tous les êtres vivants, dont les humains. Or un scientifique de réputation mondiale, Pierre Rustin, spécialiste des maladies mitochondriales, a lancé une alerte spectaculaire dès octobre 2017. Auprès de l’ANSES, qui s’est totalement tue pendant six mois.
Rustin, rejoint par huit autres scientifiques de haut rang, ont rendu publique cette alerte en avril 2018 parce que l’ANSES se taisait. Rustin a pu prouver que les SDHI ne s’attaquent pas seulement à la SDH des champignons, mais aussi à celle des vers de terre, des abeilles et…des humains. Avec de probables conséquences dramatiques sur nous tous: maladies neurologiques graves, cancers. Bien sûr, pas demain, dans dix ou vingt ans peut-être.
Coincée, l’ANSES a réuni quatre experts dont trois ne connaissaient rien au sujet et le quatrième était lié au lobby des pesticides. Rustin a demandé à faire partie de ce Groupe d’expertise collective en urgence (GECU), mais l’ANSES a refusé. Le 15 janvier 2019, ces experts ont publié un rapport qui estime qu’il n’y a aucune raison, comme le demandaient les lanceurs d’alerte, de retirer du marché les SDHI. Et la situation est bloquée.

Vendredi 6 décembre à 18h30 place des arts, nous vous parlerons de ces SDHI et nous vous proposerons une lettre type pour écrire à vos élus et à différentes institutions sanitaires.

Ensemble contre les pesticides !

Nous rapporterons notre affiche sur les plantes messicoles pour ceux qui n’étaient pas présents au mois d’août.

Nous souhaitons que la rencontre soit festive, chacun peut apporter, instrument de musique, chanson, slogan… une boisson chaude à partager.

À vendredi, nous comptons sur vous ! i

Le collectif Nous voulons des coquelicots Thonon 74

En savoir plus...

Quand ?

vendredi 6 décembre 2019 à 18:30 - 19:30

Entrée

Gratuit